Couture et maroquinerie

Extrait

« Coulisses »

Latin savoir faire redefines French elegance in sharply tailored silhouettes. The key look for Fall/Winter is skinny long legs with a surfeit of volume on top. In homage to the Latin love of ruffles, frills and pleats have been reinterpreted in lace, cotton and poplin. Worn with pantsuits, lace provides a feminine contrast to the collection’s masculine tailoring. Softer feminine shapes include a tone-on-tone shell pink dress, tight at the waist with a fluted skirt finished with ribbon embroidery, glass beads and hand-embroidered eyelets, inspired by a turn-of-the-century corset. Executed in a mostly monochrome color palette, the collection’s black and white symbolizes the duality of hard and soft, history and modernity, which has come to represent the brand. A key motif of the collection is gold. Pale old multi-chain and rosary necklaces with crystal and Bohème pearls swing from models’ necks over images of the Madonna. Giant hearts embroidered on the backs of fitted jackets offer a playful nod to the Latin habit of wearing one’s heart on one’s sleeve – placing ex-voto’s, or lucky charms, in churches as an expression of a wish. Adding luxury to the collection are hexagonal crystals, hand-molded, in jet, absinthe, clear and taupe. Their outsize scale is a modern update of the old fashioned charm of diamonds. The collection ends on a graphic note; architectural jackets and coats in cream wool are trimmed with passementerie and stamped with bold geometric shapes.

Le savoir-faire latin vient redéfinir l’élégance française dans des silhouettes à la coupe impeccable. Très tendance pour l’automne/hiver prochain : des jambes ultra-fines et élancées s’échappant sous des tops aux volumes opulents. En hommage à la passion latine pour les fanfreluches, les jabots et plis se déclinent ici en dentelle, coton et popeline. Portée avec un tailleur pantalon, la dentelle assure un contraste féminin avec la coupe masculine qui prédomine le défilé, à côté de formes féminines plus douces, telles cette robe rose nacré ton-sur-ton inspirée du corset début du siècle, ajustée à la taille, dont la jupe cannelée est bordée d’une broderie au ruban, de perles de verre et d’œillets brodés à la main. Exécuté dans une palette de couleurs principalement monochrome, le noir et blanc de la collection symbolise la dualité de la force et de la tendresse, de l’histoire et du modernisme qui sont désormais devenus les icônes de la marque. L’or est un motif vedette chez XXX cette année. Les mannequins aux airs de madone portent autour du cou des chaînes pales au charme désuet et des rosaires incrustés de cristal et de perles de Bohême. Les cœurs démesurés brodés sur le dos de vestes ajustées sont un clin d’oeil aux mœurs des latins, habitués à laisser transparaître leurs sentiments et ornant les églises d’ex-voto et de porte-bonheur dans l’espoir de voir s’exaucer leurs vœux les plus chers. Des cristaux hexagonaux transparents, noir ébène, absinthe ou taupe moulés à la main, ajoutent une touche de luxe à la collection. Leurs dimensions démesurées viennent remettre au goût du jour le charme suranné des diamants. La collection s’achève sur une note graphique : des vestes et manteaux en laine crème aux allures architecturales sont brodés de passementerie et imprimés de formes géométriques audacieuses.